Mes publications sur la communication non verbale

Voir_Mentir To_Catch_a_lieChristian Martineau est le coauteur du best-seller ‘Voir Mentir’ édité en 2010 avec près de 200 pages. Bien que le titre du livre semble indiquer qu’il ne s’agit que d’un livre sur la détection de mensonge, l’ouvrage traite bien de communication non verbale, mais avec pour objectif de donner davantage d’informations sur les signes d’authenticité et sur les signes du mensonge que les livres traditionnels sur le sujet. Quelque temps après, la version anglaise est sortie : To catch a lie. L’auteur travaille depuis quelque temps sur un troisième livre qui devrait être disponible d’ici un an.

Vous aimeriez une offre de service cliquer ici ou composer le 514.943.8383 pour lui parler directement

Le livre et l’étendue de sa couverture

‘Voir mentir’ regroupent les signes qui sont les plus fréquents lorsque la personne exprime des  mensonges…en fait, quand la personne ment, elle sait qu’elle fait quelque chose qui n’est pas socialement acceptable, et qu’il y ait des possibilités que la vérité soit découverte et qu’éventuellement, qu’il y ait des formes de conséquences. Bien évidemment, ce type d’expérience génère une forme de stress et le corps exposé à ce stress va incontestablement l’exprimer. Pour s’assurer de sa bonne compréhension, le livre un lexique, et à la fin, le livre offre des exercices pratiques pour synthétiser les transferts de connaissances.

La table des matières du livre

Le livre français regroupe les différents chapitres suivants :

  • Introduction                                                                                                                                17
  • À quel âge commence-t-on à mentir ?                                                                                    25
  • Historique                                                                                                                                   27
  • Pourquoi mentir ?                                                                                                                       33
  • Différence entre mensonge, inexactitude et exagération                                                   41
  • Lorsque l’incohérence des gestes vous interpelle                                                                 45
  • Les croisements de bras et de jambes                                                                                   51
  • Les positions assises sur la chaise                                                                                        57
  • Les microdémangeaisons                                                                                                      63
  • Les mains                                                                                                                                 73
  • La notion d’éléfaction                                                                                                             83
  • La pronation et la supination                                                                                                89
  • Les axes de tête                                                                                                                      97
  • Le faux « NON »                                                                                                                    103
  • La bouche                                                                                                                               109
  • Les yeux                                                                                                                                  123
  • La dissymétrie du visage                                                                                                        133
  • La « goutte » de malaise                                                                                                         137
  • Conclusion                                                                                                                               141
  • Exercices « Exerçons-nous ! »                                                                                               145
  • Lexique                                                                                                                                    161
  • Pour nous rejoindre                                                                                                               175

Disponibilité

Le livre est toujours disponible en librairie. Sinon, il est disponible sur ce site :

Voir Mentir – Acheter le livre en ligne !

Résumé synoptique

Détecter le mensonge fait partie de la communication non verbale. La majorité des gens attribuent au menteur les comportements suivants :

  • Regard fuyant ;
  • Changement de sujet, discours confondant ;
  • Changement dans le ton de la voix ;
  • Tête basse ;
  • Rougeurs ;
  • Mains moites.

Ces comportements ne sont pas toujours présents, ne serait-ce que parce que le menteur expérimenté les maîtrise. Pire encore, il se peut que quelqu’un manifeste l’un de ses comportements pour que nous pensions qu’il mente alors qu’il n’est peut-être que timide ou mal à l’aise. Comportement agité, attitude floue ou hésitation peuvent aussi traduire une simple émotion au lieu d’un mensonge.

L’arrivée de la vidéo nous donne une longueur d’avance sur les micromouvements. Ces signes, bien souvent inconscients et subreptices, sont présents dans le mensonge. Cette aptitude à déceler le mensonge demande donc un apprentissage particulier, surtout dans les métiers où la véracité des propos est prépondérante comme les métiers de contrôle : les douaniers, les inspecteurs, les policiers ou les métiers qui traitent de la justice, etc.

Mais voilà, maintenant que nous savons quels items observer, il ne faut pas voir le mensonge partout ! Le problème est de savoir avec exactitude si la personne ment. Pour valider notre observation, nous devons considérer au moins 4 items et plus.

La vidéo apporte une meilleure compréhension

Grâce à la vidéo, nous pouvons maintenant confirmer nos observations avec les résultats de l’événement.

L’analyse d’une bande vidéo peut nous donner jusqu’à 19 items en une seconde. C’est énorme ! Comment pouvons-nous observer autant d’items en si peu de temps ? La vidéo nous permet de visionner jusqu’à 29 images en une seconde (en Amérique du Nord). Il nous est donc plus facile d’en tirer une conclusion.

Ce livre est écrit dans l’intention d’aider les « chercheurs de mensonges ». Bien que certains items non verbaux demeurent sûrement inconnus, il ne servait à rien d’attendre d’être reconnu publiquement avant de publier ce précieux document. L’expérience et la pratique de ces sept dernières années en analyse non verbale nous ont amenés à prendre cette décision.

Le moment ne s’est pas encore présenté où les experts divers pourront se confronter sur le terrain. Ce jour viendra lorsque tous seront prêts. Les « chercheurs de mensonges », eux, n’attendront pas. Ils ont besoin d’outils concrets sur le terrain, immédiatement. La découverte d’un mensonge par le décryptage des gestes est toujours mieux qu’une simple intuition qui ne peut être validée visuellement ou concrètement. C’est ce que les « gens de terrain » nous ont dit.

Après des années de formation, nous étions sidérés de constater que les gens en enquête et sécurité ne recevaient qu’une infime partie de la description des gestes et du comportement non verbal suspect et qu’ils ne reçoivent toujours rien d’autre pour l’instant.

Le psychologue et expert en non-verbal, Paul Ekman, explique que la moitié du matériel de formation des policiers et des polygraphistes aux États-Unis est incorrect, faux ou incomplet.

L’importance, en pourcentage, des mots dans la communication

Vous pensez sans doute 20 % à 50 % ? Eh bien détrompez-vous ! Albert Mehrabian en a fait la quantification en 1972.

Mehrabian montre que le contenu des mots ne représente que 7 % de la communication ! À côté des mots, 38 % de la communication est imputée à l’expression vocale (le ton, le timbre, l’intonation de la voix) et 55 % à la communication non verbale.

Il est le premier à traduire par des chiffres l’importance du langage non verbal par rapport à celle des mots. Ces chiffres sont encore et toujours une référence valable dans la communauté scientifique. En fait, l’intérêt n’est pas tant dans les pourcentages que dans la reconnaissance statistique de l’importance de la communication non verbale à l’intérieur de la communication.

Donc, 93 % de toute communication interpersonnelle est non verbale, c’est-à-dire d’origine corporelle, découle des gestes et de la voix. Il est question des fondements du langage corporel pour découvrir, décoder et comprendre la communication non verbale de votre interlocuteur.

L’exemple du prof qui endort…

Prenons l’exemple d’un professeur d’université qui parle pendant une heure trente de la théorie de Newton. Le contenu est très intéressant, mais cette personne n’a aucune variation de ton ; donc aucune intonation selon l’importance de ses propos et en plus, cette personne ne bouge pas du tout !

Quel serait donc votre niveau d’écoute ? Pas très élevé, n’est-ce pas ?

Les atouts du bon communicateur

Un bon communicateur utilise ces trois niveaux de communication.  Les mots, le ton/timbre de la voix et les gestes. Par cette communication, il stimulera triplement son interlocuteur :

  • Par un discours intéressant, l’interlocuteur sera stimulé intellectuellement ;
  • Par un ton et un timbre de voix qui viendront accentuer l’importance de ses propos, l’interlocuteur devra bien écouter pour interpréter ces variations ;
  • Par l’utilisation complète de son espace, où les gestes viendront stimuler visuellement l’interlocuteur qui en aura plein les yeux.

Étrangement, Hitler était un excellent communicateur (à sa manière). Malheureusement, les trois niveaux de lecture dévoilaient de l’agressivité, mais ils étaient tous utilisés. Son discours était cru, son ton de voix très agressif et ses gestes, très rigides et saccadés.

 

Christian Martineau et les gestes de préhension

À titre d’auteur, Christian Martineau a produit un document sur les gestes de préhension.

Pour accéder à une partie de ce rapport, cliquez ici !

 

 

Back to Top